Réenchanter la responsabilité | Témoignages
725
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-725,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.2,menu-animation-underline-bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

TÉMOIGNAGES

Ils sont nombreux à avoir souhaité mettre des mots sur ce qu’ils ont vécu à Vittel ou sur ce qu’ils entendent prolonger et mettre en actions depuis. Des témoignages divers qui sont autant de partage d’analyses et d’expériences sur l’exercice de la Responsabilité. Ils donnent ainsi du sens à cette nouvelle étape du réenchantement en l’inscrivant dans le quotidien et l’exercice de leurs missions et de ceux des autres acteurs éducatifs.

  • news-du-11-octobre-2017
    Vittel News 11.10.17
  • news-du-12-octobre-2017
    Vittel News 12.10.17
  • news-du-13-octobre-2017
    Vittel News 13.10.17

RETOUR DES FACILITEURS

Témoignages

Benoît

«Les échanges et les partages que l’on a vécu en humilité, en sincérité, nous ont fait aimer notre temps et nous ont amené à réenchanter notre rapport au monde pour pouvoir repartir et éclairer la suite de notre travail avec ce nouveau fait intérieur et le souci de le communiquer et de passer le relais.»

Armel

«Être responsable dans l’Enseignement catholique, c’est d’abord être au service et pourquoi pas être facilitateur ! Permettre à chacun d’être reconnu et prendre sa place dans le projet collectif de l’institution. Pour les DDEC, il faut peut-être retenir qu’il faut savoir susciter, encourager la créativité, permettre à des initiatives d’émerger sur le terrain.»

Valérie

«Accepter, pour celui qui conduit, d’abandonner là où l’on devait aller et accueillir quelque chose qui nait d’inattendu mais de commun. Pour avancer il faut faire un pas et se laisser déstabiliser.»

Pierrick

«Nous retenons qu’être responsable c’est faire grandir l’autre, être responsable c’est veiller les uns et les autres.»

Aurélie et Xavier

«Qu’est ce qu’est le réenchantement ? C’est un débat d’idée mais c’est aussi se projeter avant d’avancer ou agir, faire d’abord pour construire et s’inventer, il ne faut pas choisir ! Nous sommes dans un monde où il faut toujours être en projet, le réenchantement c’est donc aussi une création collective sans visée explicite et pourtant c’est tellement riche ! Parfois ne nous projetons pas, ne faisons pas des projets trop intellectuels mais juste agissons, construisons pour l’avenir sans a priori.»

Béatrice et Franck

«On a découvert un nouveau métier, celui de facilitateur. C’est vraiment une nouvelle manière d’assurer la responsabilité et nous avons laissé le projet être le patron !
Ce n’est pas avec une valise bourrée d’astuces et de recettes que nous repartons mais avec un nouvel habit que nous endossons, nous sommes portés d’Espérance parce que nous avons compris que tout est possible.  Réenchanter l’école, c’est une manière de réenchanter le monde.»

TOUT VOIR

Hélène

«Les ingrédients pour vivre autrement la responsabilité : il faut beaucoup préparer, il faut oser, lâcher-prise et se lancer. Et il faut surprendre. Voir comment on est capable de surprendre nos équipes, nos collaborateurs avec de nouveaux outils, de nouvelles approches.»

Julie

«La responsabilité c’est une articulation entre le je et le nous».

François

«Tout un tas de projets à mettre en place ont émergé, un peu à l’image d’un incubateur dont le principe pourrait se poursuivre je l’espère.»

Christian

«Vittel nous a apporté bien plus de questions que de recettes toutes faites. Nous en sommes repartis bien sûr (ré)enchantés mais avec beaucoup d’interrogations sur notre propre fonctionnement, sur nos représentations de la responsabilité, sur la place de chacun, sur les espaces de réflexion et de décision, bref sur ce qui fait la vie de nos directions diocésaines. Charge à nous dorénavant, d’inventer nos réponses.»

Beñat

«À Vittel, nous avons assisté aux prémices de l’enseignement catholique de demain. Le rassemblement de Vittel devrait inciter chaque direction diocésaine, chaque établissement à revoir ses techniques d’animation, à mettre en exergue la mission de facilitateur. Faire participer au maximum à la réflexion toutes les composantes des communautés éducatives.»

Gérard-Antoine

«Ce temps de pause dans nos pratiques a été complexe mais valorisant. Nous sommes sortis des considérations du quotidien pour élever la discussion.»

Isabelle

«Dans le prolongement du séminaire, plusieurs propositions peuvent être faites : mettre en ateliers par diocèse ou par établissement avec un accompagnement d’animateurs diocésains, les divers membres de la communauté éducative, avec un périmètre de fonctions croisées selon le sujet à travailler ensemble, dans un cadre accueillant et sur une ou deux journées ; créer un groupe de travail inter « fonctions par structure et par établissement, pour réfléchir aux conditions de bien-être de tous dans tous les périmètre.»

Caroline

«Vittel aura été une porte ouverte pour un Réenchantement au quotidien accessible à tous. Réfléchir et travailler un nouveau management dans l’horizontalité, en référence à l’Évangile, va nous permettre de mieux partager les responsabilités et de les assumer collégialement.»

Philippe

«L’organisation que nous avons vécue en cercles horizontaux sans distinction des fonctions a été déterminante dans la compréhension du processus.»

Sandrine

«Je retiens que notre responsabilité consiste à développer les compétences chez les autres pour qu’eux-mêmes deviennent responsables. Cela se joue avec les élèves, comme avec les collègues qui peuvent parfois avoir besoin qu’on les aide à prendre du recul…»

Philippe

«L’animation des différents groupes assurée par des  facilitateurs» devrait être un modèle d’animation. Le facilitateur écoute, capte, fait parler, reformule et restitue ce qui sommeille en chacun. Il met en évidence ce qui fait souffrir et ce qui pourrait guérir. Il permet aux personnes de prendre conscience de leur rôle et de leur place dans l’écosystème.»

Marie-Line

«Être en responsabilité, ce n’est pas devenir quelqu’un d’autre, revêtir un costume ni prendre du galon… C’est simplement mettre nos valeurs au service d’une nouvelle mission, l’incarner avec ce que l’on est.»

Patrick

«Nous sommes venus en équipe diocésaine pour  approfondir la démarche du Réenchantement, nous aider à renouveler notre exercice de la tutelle et à mieux articuler les niveaux local et central. Nous avons apprécié le format d’un séminaire dans lequel ce sont les « cercles », plus que les plénières, qui ont servi de fil rouge.»

Isabelle

«Vittel c’est le choix d’une mise au travail sous formes d’ateliers collaboratifs, signe de la référence au pouvoir de la communauté éducative plutôt qu’au pouvoir de la fonction individuelle et de l’affirmation de l’intelligence multiple en toute décision.»

Sylvie

«Travailler en horizontalité permet de montrer à chacun l’importance qu’il a au sein du groupe et d’être réellement à l’écoute les uns des autres pour répondre aux besoins des établissements. De nombreuses perspectives s’ouvrent à nous aujourd’hui, dans la façon de préparer les réunions, d’être en lien avec les établissements…»

Jean-Marc

«Vittel nous a ouverts à une dimension nouvelle : celle d’un fonctionnement par cercles différenciés, associant avec souplesse d’autres regards et compétences selon les problématiques (résolution de tensions, proposition d’animations institutionnelles, pédagogiques, pastorales) pour enrichir la réflexion et éclairer la décision. L’idée, avec la logique de cordée, est de se rapprocher de la fraternité, sans renoncer aux responsabilités propres de chacun.»

Charles

«La responsabilité, c’est aussi certains moments de solitude dans les décisions, de silence qui préserve l’entourage pro et perso.»
«La responsabilité induit  pour moi d’accepter ses limites.»

Yves-Armel

«Cette manière de déléguer, de rechercher des personnes aux  compétences très variées, de leur faire confiance et de créer les conditions pour qu’elles travaillent ensemble offre un modèle intéressant pour faire fructifier la diversité de nos communautés.»

Sœur Thiébaut

«Le patron, c’est le projet.»

Jean-Louis

«Être responsable, ce n’est pas être le meilleur, c’est savoir reconnaître la compétence de ses équipes.»

Caroline

«J’ai joué le rôle de facililitatrice pour mon groupe. J’en ressors avec une autre vision de la responsabilité. Je me dis qu’être responsable, c’est savoir écouter, comprendre, pour donner une place à chacun quel qu’il soit. J’ai été très marquée par le témoignage de Pascal Balmand. Il a montré l’image d’un responsable humain et proche des personnes.»

3 MOIS APRÈS VITTEL